Page publique
www.serches.fr
http://www.serches.fr/public/perso/img-r53-a26.jpg

sous menu
PATRIMOINE/HISTOIRE
► Eglise
► La vierge à l'enfant
► Hameau de Dhuisy
► la ferme du Mont-de-Soissons
► Une histoire de sorcellerie
► Drames au 18e siècle
► l'école communale
► 1832 le choléra à Serches
► La fête St-Blaise
► Combats des 7 et 8 juin 1940.
► Les victimes des combats
► 2e guerre mondiale

calendrier
Mois précédent Septembre 2017 Mois suivant
L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  
Cliquez sur les cases rouges pour afficher l'évènement du jour.
Rechercher : http://www.serches.fr/public/img/loupe.gif

Eglise


Localisation

Venant de Soissons, traversez le village sur deux kilomètres pour arriver à l'église.

L'église se trouve construite en contrebas du versant Nord du vallon. Elle est entourée sur trois côtés d'un enclos de pierres sèches. Un imposant corps de ferme et sa muraille barre la partie Sud.

De l'extérieur, le corps du bâtiment semble s'enfoncer dans le sol.

L'accès à l'édifice se fait par deux entrées depuis la rue principale (RD 952). On aboutit au portail d'entrée (photo) en descendant à pied une petite sente. La seconde entrée se trouve à l'arrière, sur la place du terminus des cars où nous conseillons au visiteur d'y garer son véhicule. Elle donnait accès au cimetière.

A l'intérieur de l'enceinte, se trouvait autrefois, le cimetière paroissial, désaffecté à partir de 1910, définitivement abandonné en 1928 et transformé depuis en jardin.

L'église est inscrite à l'inventaire des monuments historiques le 3 juin 1927.

 Vue de l'église de Serches depuis la route départementale 932. Cliché Bernadette Kasprzak.

Cliché du 26 avril 2008

Architecture

  L'église est dédiée à Saint-Crépin et Saint-Crépinien, deux frères, cordonniers à Soissons, martyrisés au 3ème siècle de notre ère. Ils sont les saints patrons de tous les cordonniers dans le monde chrétien.

  Concernant les dates de constructions et de remaniement de la bâtisse, les avis divergent selon les auteurs. Les datations données dans le dossier de l'inventaire des monuments historiques ne sont certainement pas les plus justes. 

  De la partie la plus ancienne encore visible aujourd'hui il ne subsiste que la croisée du transept (12ème siècle) de plan carré, abritant le clocher, surélevé plus tard par des pignons.

  L'arrière prolongé par une abside à trois pans accolée au 13ème siècle constitue le choeur. Sa façade sud connue des réparations ultérieures avec ajouts de contreforts du fait de poussées importantes au niveau de la toiture.

  Les bras du transept qui abritent les chapelles dédiées à Saint-Crépinien au Nord et Saint-Crépin au Sud furent rajoutés vers le 15ème ou le 16ème siècle. Au 16ème siècle, les murs de la nef sont ouverts sur les bas côté. Les aménagements les plus tardifs seraient la sacristie et l'escalier. Progressivement, le sol s'étant rehaussé, un escalier fut aménagé au 16ème siècle et l'on pénètre aujourd'hui dans l'église en descendant trois marches.

Plan de l'église de Serches d'après Bernard Ancien.

  Les restaurations du 19ème et de l'après première guerre, se sont faites de manière radicale. Grattage des pierres, élimination des couleurs, réfection du sol et élimination des dalles calcaires de la nef, du transept et du chœur.

  Des écailles résiduelles de couleur jaune sur lit de chaux subsistent sur le mur extérieur sud de la nef et de la sacristie et en observant les murs et les assises de l'autel de la chapelle Saint-Crépin, on remarque des restes de bleu.

  La réfection du sol, a entraîné la destruction des dalles funéraires marquant l'emplacement des sépultures des bienfaiteurs. D'après les notes de Bernard Ancien, l'une d'elle était conservée à la fin du 19ème siècle, dans une maison particulière de Serches. Un relevé existe, il s'agis de la sépulture de Jacques Roger receveur de la commanderie de Maupas (à Mercin-et-Vaux) et Rachelle Hardelle décédés au 17ème siècle.

  A l'extérieur, depuis la route sur la façade du bas-côté subsistent des blasons peints au 17ème siècle, grattés par malveillance. On peut reconnaître les armoiries des familles de La Personne et du May.

 

Référence documents

DRUESNE J.-C. 1990 "Eglise de Serches (Aisne)". Dossier de présentation en vue de la restauration des couvertures de la nef et des bas-côtés, Service départemental de l'architecture de l'Aisne, Laon, 33 pages.

Le mobilier

 16 objets figurent inscrit depuis 1912 à l'inventaire général du mobilier. Parmis les pièces remarquables on trouve un bâton de chantre en cuivre orné, un bâton de confrérie en bois peint, un maître autel en bois peint et doré, une crédence de style rocaille, un meuble siège, un lutrin en bois à stucage faux marbre, des stales en chène, une statue de la vierge à l'enfant en calcaire.

 En juin 1940, devant l'avancée allemande, une partie du mobilier fut transférer à Paris et mis en sureté dans les caves du palais de Chaillot. Ce mobilier réintégra l'église 8 ans plus tard le 16 mars 1948.

 Pour accéder à la base Mérimée du Ministère de la culture et aux informations relatives au mobilier de l'église de Serches, cliquer ici.

La vierge et l'enfant

 Statue en calcaire du Lutétien local, date du 13ème ou du 14ème siècle selon les auteurs. La vierge assise sur une chaise massive, tient autour de son bras gauche Jésus enfant dressé debout sur sa jambe. Elle porte une couronne dorée sur la tête et tient à sa main droite un livre, fermé. L'enfant porte un globe à sa main gauche. La tenue vestimentaire des deux personnages, les chausses de la vierge sont caractéristiques du vêtement médiéval. La composition, polychrome à l’origine, fut badigeonnée de blanc vraisemblablement au 18ème siècle. Les chevelures, et les éléments des visages furent repeints à la même occasion.

 Cette statue est porteuse d'une histoire singulière qui relate un fait curieux survenue au milieu du 19ème siècle.                                             L'histoire

 

Mairie de Serches - Tous droits réservés. http://www.serches.fr/public/perso/enveloppe.jpg Nous contacter ImaWeb  &  A GE D I