Page publique
www.serches.fr
http://www.serches.fr/public/perso/img-r53-a26.jpg

sous menu
PATRIMOINE/HISTOIRE
► Eglise
► La vierge à l'enfant
► Hameau de Dhuisy
► la ferme du Mont-de-Soissons
► Une histoire de sorcellerie
► Drames au 18e siècle
► l'école communale
► 1832 le choléra à Serches
► La fête St-Blaise
► Combats des 7 et 8 juin 1940.
► Les victimes des combats
► 2e guerre mondiale

calendrier
Mois précédent Septembre 2017 Mois suivant
L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  
Cliquez sur les cases rouges pour afficher l'évènement du jour.
Rechercher : http://www.serches.fr/public/img/loupe.gif

1832 le choléra à Serches


  L’épidémie de choléra frappant actuellement certaines zones de l’hémisphère Sud nous rappelle qu'au 19ème siècle, cette maladie a touchée la France en 1832. 

  Vers 1826, le choléra asiatique apparaît aux Indes dans le delta du Gange. L’épidémie gagne Moscou en 1830, Berlin en 1831, pour finalement atteindre les îles Britanniques en février et la France en mars 1832. Jean Giono évoque cette seconde pandémie dans son roman Le Hussard sur le toit.

liste alphabétique des actes de décès contenus dans le registre de l'année 1832 transcrit sur le registre de l'état civil de l'année 1870 Une petite mention apposée ultérieure-ment, en 1870, sur la table annuelle du registre de l’état civil conservé en Mairie, apporte l'explication sur ce qui fut la cause de tant de décès enregistrés à Serches pour l’année 1832.


  D'après l'analyse du précieux registre, la commune semble touchée à partir du 3 juin et en cinq semaines, jusqu’au 10 juillet, 20 personnes vont décéder.


liste alphabétique des actes de décès contenus dans le registre de l'année 1832 transcrit sur le registre de l'état civil de l'année 1870

liste alphabétique des actes de décès contenus dans le registre de l'année 1832 transcrit sur le registre de l'état civil de l'année 1870  Deux catégories de la population paraîssent d'avantages affectés. Les femmes de plus de 55 ans payent le plus lourd tribu puis les très jeunes enfants. Avec le recul, les conditions de vie de l’époque expliquent la raison de ces décès sélectifs. En ce début d’été, les hommes et les femmes actives travaillent aux champs dans des milieux plus sains. Ils consomment du cidre et du vin. Les femmes les plus âgées, en charge des tâches domestiques s’activent dans le village, en compagnie des jeunes enfants. Elles utilisent d’avantage l’eau puisée des puits, des sources, et du rû et se trouvent plus exposées au milieu contaminé.

  La majorité des habitations renferme des bêtes de basse-cour et d’attelage. Les nappes souillées favorisent le développement du bacille. Avec l’été, la chaleur se fait sentir sur les mares. La contamination passe par l’eau de boisson ou les aliments. Des hommes travaillant dans le village (un aubergiste par exemple), se trouvent affectés.


  Début juillet, lorsque l’épidémie atteint le nord du département, le Dr. Lunel un médecin dépêché à Montbréhain constate l’insalubrité des habitations, étroites et sans lumière où se mêlent les eaux usées, les bêtes et la nourriture. L’absence de malade chez les médecins et les infirmières, pourtant en contact direct des patients, l'incite à penser que la bonne hygiène de ces personnes les préserve de la contamination. Il démontre alors la nécessité d’utiliser de l’eau propre, bouillie pour se laver les mains et les aliments.

  A Serches, l'épidémie semble frapper d'avantage les personnes vulnérables. Après un ultime décès survenu le 30 juillet soit 20 jours après la vague de mortalité, on enregistrera une seule disparition en octobre. Les décès chutèrent anormalement durant plusieurs années avant de retrouver en 1838 un taux équilibré.

  Instinct de survie sans doute, on constate aussi, peu après, un engouement pour le mariage. A partir du 22 août et jusqu’en décembre, huit unions sont célébrées ce qui est élevé pour la commune. Le dernier mariage remontait à décembre 1830. Conséquence de ces mariages, il y eu l’année suivante, une explosion des naissances.


  Dans les années qui suivirent, à Paris, le préfet de police prit des mesures draconiennes d'assainissement des quartiers insalubres. Il développa et améliora le réseau d'égouts. Vingt deux ans après cette épidémie, on découvrira le bacille responsable de ce fléau.


Sources

- Choléra. Organisation mondiale de la santé, aide-mémoire n° 107, août 2011.

- Le Choléra. Wikipédia, décembre 2009

- Le choléra à Montbrehain (Aisne). Par Louis Lunel, Saint-Quentin 1854

- Commune de Serches, registres de l’état civil, année 1832

  suivante>   [accueil]

Mairie de Serches - Tous droits réservés. http://www.serches.fr/public/perso/enveloppe.jpg Nous contacter ImaWeb  &  A GE D I